Un chirographe complet conservé aux Archives départementales

En 1167, Haizka, abbesse de la prestigieuse abbaye d’Andlau, une des plus anciennes d’Alsace, cède aux moines de l’abbaye voisine de Baumgarten des terres situées sur le mont Salumberg, « délimitées  par le chemin appelé Rinewech qui, venant d’Andlau, arrive à Franconaburg1. » L’acte de cession est transcrit deux fois, à l’identique, sur un même parchemin, ensuite coupé en deux : une moitié revient à l’abbaye d’Andlau, l’autre à l’abbaye de Baumgarten2. Si un désaccord devait à l’avenir s’élever au sujet de la donation d’Haizka, il suffirait de réunir ces deux moitiés pour reconstituer l’ensemble du parchemin ; mises côte à côte, elles feraient apparaître la devise « Cyrographum » au milieu de l’acte, à l’endroit où le parchemin a été coupé, prouvant que le document est bel et bien authentique.

Haizka, abbesse d’Andlau, cède aux moines de Baumgarten une part de la terre dite Salumberg, contre un cens annuel de 5 sous, 1167 – AD 67, G 108/1.

Ces chartes coupées en deux, que l’on peut ensuite reconstituer à la façon d’un puzzle, sont dès le Moyen Age appelées chirographes (du grec cheiro graphon, « écrit à la main »). Relativement fréquents du XIe jusqu’au XIIIe siècle, les chirographes se retrouvent régulièrement dans les fonds d’archives, même s’il reste rare qu’un même dépôt conserve les deux moitiés de l’acte. Outre la donation d’Haizka, les Archives départementales du Bas-Rhin conservent douze parties de chirographe, dont deux forment un chirographe complet3 : il s’agit cette fois encore d’un acte d’une abbesse d’Andlau, plus précisément de l’abbesse Adélaïde, qui succède à Haizka et vient abonder en 1214 la donation faite à l’abbaye de Baumgarten près de cinquante ans plus tôt  et renforcer les liens spirituels entre les deux abbayes voisines.

Adélaïde complète en effet la donation d’Haizka en concédant aux moines de Baumgarten les terres situées sur « la moitié restante du mont Salumberg », ainsi que la perception des dîmes4 qui y sont attachées ; en retour les moines devront payer, chaque automne à la Saint-Martin, un cens de cinq sols, sorte de loyer annuel, à l’abbaye d’Andlau. Ces dispositions économiques, qui viennent enrichir le patrimoine temporel de l’abbaye de Baumgarten, fondée à peine un siècle plus tôt, s’accompagnent d’un accord spirituel, puisque les deux couvents conviennent de prier mutuellement pour leurs défunts ; l’abbé de Baumgarten, ou son représentant, devra dorénavant célébrer les funérailles des chanoinesses d’Andlau et assurer la direction de leurs âmes, notamment en les entendant en confession.

Les deux parties du chirographe sont séparées par la devise « Carta de Andelah », soit « Charte d’Andlau », qui se lit de haut en bas une fois le chirographe reconstitué. Une moitié de l’acte revient à l’abbaye d’Andlau, dans les fonds de laquelle elle est conservée jusqu’aux séquestres révolutionnaires qui la font ensuite entrer aux Archives départementales du Bas-Rhin, où elle est cotée H 2348/8. L’autre moitié est conservée par l’abbaye de Baumgarten ; elle rejoint les fonds de l’Evêché de Strasbourg après l’abandon du monastère au milieu du XVIe siècle. Elle entre aux Archives départementales en même temps que les fonds séquestrés de l’Evêché et se voit attribuer la cote G 108/4.

Adélaïde, abbesse d’Andlau, confirme la cession faite par l’abbesse Haizka de la moitié du mont Salchenberc à l’abbaye de Baumgarten, et donne l’autre moitié du mont aux moines, contre un cens annuel de cinq sols, 1214 – AD67, G 108/4 (à gauche) et H 2348/8 (à droite).

L’état matériel de ces documents atteste de la vie différente qu’ils ont connue depuis leur rédaction sur un même parchemin au XIIIe siècle : si la moitié de Baumgarten est relativement bien conservée, celle d’Andlau apparaît beaucoup plus dégradée. Le texte des deux chartes, identique en dehors de quelques coquilles, ne diffère qu’à la toute fin de l’acte :


In nomine patris et filii et spiritus sancti. Ego Adelhedis, divina permissione abbatissa in Andelah. Justum est et rationi consentaneum ut caritatis beneficia quẹ antecessores nostri de habundantia sua indigentibus exhibuerunt, si ejusdem caritatis volumus esse participes, non irritemus, sed ampliora largiendo, si facultas suppetit, jam concessa libenti animo confirmemus. Notum sit omnibus tam presentibus quam futuris qualiter domina Hazela, felicis memoriẹ abbatissa de Andelah, religiosis viris de Bongard medietatem cujusdam montis qui dicitur Salchenberc, sub annuo censu quinque solidorum, de consensu sororum suarum et ministerialum, perpetualiter concessit. Concessionem quoque suam, cyrografo annotatam, cujus medietas penes nos, altera pars apud Bongard reservata, sigillo capituli nostri et abbatis loci prẹtaxati confirmavit. Continentia cyrografi talis est : Quoniam totius christiane religionis fundamentum et fomes in caritatis obsequio consistit, et cẹtera. Sed quoniam apud mentes nobilium imperfectum bonum creditur quod sine adjectione relinquitur, nos, habito consensu sororum nostrarum et ministerialum, reliquam medietatem predicti montis cum decimis que ad nos pertinere dinoscitur, acquisitis et acquirendis, viis et inviis, cultis et incultis, sub annuo censu quinque solidorum, eisdem fratribus concessimus in sempiternum, tali adhibita conditione ut census singulis annis in festo sancti Martini, sicut et in prima conventione, nobis persolvatur, nisi de gratia eis remitatur. Scire quoque cupimus hujus paginẹ inspecturis quod nos cum fratribus prẹnominatis plenam confraternitatem statuentes inter nos stabilire decrevimus ut ipsi pro defunctis nostris orationum munera missarum sollempnia offerre debeant et celebrare et nos similiter pro eorum defunctis domino supplicando in omnibus bonis quẹ agimus eis communicare debemus, ut dum mutuis orationibus nos in vicem coadjuvamus, versutias malignorum spirituum domino prẹstante evadere valeamus. Prẹterea si qua sororum nostrarum de hac luce migraverit, dominus abbas vel prior vel alius quem de congr[eg]atione illorum nobis elegerimus exequias celebrando ejus sepulture debet interesse. De licentia quoque Argentinensis episcopi, confessiones nostras dominus abbas vel cui ipse injunxerit debet audire, curam inspiritalibus de nobis habendo. Si quis contra hoc statutum venire attemptaverit vel concessionem nostram legitime factam infringere prẹsumpserit, cum Dathan et Abyron ẹternis cruciatibus deputatus, illo fonte caritatis non participet cui non communicat alienus. Siquidem ut hẹc concessio et mutuẹ confraternitatis inter nos constitutio a memoria hominum non discedat, sed firma et inconcussa in omne tempus permaneat, presentem paginam formam concessionis nostrẹ continentem sigillo nostro et domni abbatis de Bongard fecimus muniri et testes subscribi. Testes sunt : Gerdradis decanissa, Runegundis de Ramese, Adala prẹcentrix, Hedewidis celleraria, et cẹtere sorores sancte Ricardis de Andelah, plebanus de Sancto Fabiano, Fridericus capellanus monasterii, Ludewicus capellanus Sancti Michaelis, Werenherus capellanus de Castelberc, Ludewicus scultetus de Andelah, Eberhardus, Sifridus, Reinboldus, milites de Andelah, Teodericus scultetus de Runegesheim. Acta anno incarnationis  dominice M.CC.XIIII. Medietatem hujus carte habet conventus de Andelah [G 108/4]/Medietatem hujus carte habet conventus de Bongard [H 2348/8].

Ce qui pourrait se traduire par :

Au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Moi, Adélaïde, avec la permission divine abbesse d’Andlau. La justice et la raison nous commandent de ne pas désavouer les largesses que la charité de nos prédécesseurs a généreusement accordées à ceux dans le besoin, mais, si nous voulons contribuer à leur charité, d’abonder au contraire ces dernières, si la faculté nous en est donnée, et de les confirmer de bon cœur. Sachent tous, présents et à venir, que la dame Hazela, l’abbesse d’Andlau d’heureuse mémoire, a concédé de façon perpétuelle aux moines de Baumgarten la moitié d’un mont appelé Salchenberc,  contre un cens annuel de cinq sous, avec l’accord de ses sœurs et de ses ministériaux. Elle a confirmé sa concession, après l’avoir fait mettre par écrit dans un chirographe dont une moitié est entre nos mains, et l’autre conservée à Baumgarten, avec le sceau de notre chapitre et celui de l’abbé du lieu susdit. Le contenu de ce chirographe est le suivant : « Puisque le fondement et la nourriture de toute la religion chrétienne reposent dans le service de la charité, etc. » Mais puisque pour les esprits nobles, une bonne action est considérée comme imparfaite tant qu’elle n’a pas été renouvelée, nous avons concédé de manière perpétuelle auxdits frères, avec le consentement de nos sœurs et ministériaux, la moitié restante dudit mont, avec les dîmes qui nous appartiennent, les terres que nous avons acquises et celles que nous acquerrons, avec ou sans routes, cultivées comme incultes, contre un cens annuel de cinq sous, à la condition qu’ils s’acquittent auprès de nous de cette somme chaque année à la Saint-Martin, comme il en avait été d’abord convenu, sauf si nous leur en faisons grâce. Nous désirons également faire savoir à ceux qui liront ce parchemin que nous avons décidé avec lesdits frères de renforcer l’entière confraternité qui existe entre nous, de telle sorte qu’ils devront offrir les dons solennels de leurs prières à nos défuntes et célébrer l’office pour elles, de la même façon que nous devons communier avec eux dans toutes les bonnes actions que nous accomplissons et prier pour leurs défunts ; de sorte que, en nous aidant mutuellement de nos prières réciproques et avec l’assistance de Dieu, nous ayons la force d’éviter les ruses des esprits malins. En outre, si l’une de nos sœurs quitte cette vie, le seigneur abbé, ou son prieur, ou quelqu’un d’autre que nous aurons choisi au sein de leur congrégation, devra participer à son enterrement en célébrant ses funérailles. Par ailleurs, avec la permission de l’évêque de Strasbourg, le seigneur abbé, ou celui qu’il se sera adjoint, doit entendre nos confessions et avoir la charge de nos consciences. Si quelqu’un tente de s’opposer à ce qui a été décidé ou ose enfreindre la concession que nous avons légitimement faite, qu’il soit précipité avec Dathan et Abiron5 dans la damnation éternelle et, privé de la communion avec autrui, qu’il soit exclu de la fontaine de la charité. Afin que cette concession et l’établissement de cette confraternité mutuelle ne s’effacent pas de la mémoire des hommes mais demeurent stables et inchangés dans le temps, nous avons apposé sur le présent parchemin, contenant notre concession, notre sceau et celui du seigneur abbé de Baumgarten et y avons fait souscrire les témoins.  Les témoins sont : Gerdradis, doyenne, Runegundis de Ramese, Adèle, praecentrix, Hedewidis cellérière, et les autres sœurs de Sainte-Richarde d’Andlau, le curé de Saint-Fabien, Frédéric, chapelain du monastère, Louis, chapelain de Saint-Michel, Wernher, chapelain de Castelberc, Louis, écoutète d’Andlau, Eberhard, Sifrid, Reinboldus, chevaliers d’Andlau, Teoderic, écoutète de Runegesheim. Fait en l’an de grâce 1214. Le couvent d’Andlau/de Baumgarten détient l’autre moitié de cette charte.

  1. Salumberg est également orthographié Salchenberc. Marcel Mathis et René Bornert l’identifient comme le lieu-dit Salemberg dans la commune de Blienschwiller (Bornert, René (dir.), Les monastères d’Alsace, tome V : Abbayes et monastères de cisterciens et cisterciennes des origines à la Révolution française, Strasbourg : Editions du Signe, 2011, p. 412). []
  2. C’est cette moitié qui est conservée aux Archives départementales du Bas-Rhin, sous la cote G 108/1. []
  3. Cotées G 108/4 et H 2348/8. []
  4. Soit un dixième de la production agricole, perçue par l’Eglise. []
  5. Entrés en rébellion contre Moïse, Dathan et Abiron sont engloutis sous terre. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search