De dangereux conspirateurs ? Les Grunelius de Kolbsheim à l’heure du « retour à la France »

Anne-Lise Depoil (Archives départementales du Bas-Rhin)

Les jardins de Kolbsheim. © Ralph Hammann – Wikimedia Commons

Parmi les documents produits par l’administration française après son installation en Alsace en novembre 1918, les Archives départementales du Bas-Rhin conservent plusieurs centaines de procès-verbaux des séances des commissions d’examen du second degré, chargées de statuer, après le 11 mai 1919, sur le sort des Allemands installés en Alsace qui avaient échappé aux expulsions massives de l’hiver précédent1. Au milieu des artisans, commerçants et fonctionnaires majoritairement cités dans ces procès-verbaux, le nom de Maurice Grunelius (1863-1920)2 étonne et interroge : quelles raisons ont pu motiver la convocation aussi tardive du patriarche de cette influente famille d’origine allemande, établie en Alsace une dizaine d’années avant l’Annexion ?

En enquêtant sur les faits reprochés à Maurice Grunelius, il apparaît bientôt que le châtelain de Kolbsheim, dont la famille a su, par le jeu des alliances matrimoniales, se faire une place au sein des élites industrielles alsaciennes, s’est retrouvé mêlé au rocambolesque « complot neutraliste » qui a agité au cours de l’automne 1919 la France alors plongée dans la fièvre électorale. Si les tentatives menées par la police française afin de prouver l’existence d’un lien entre les Grunelius et le « comité exécutif de la République neutre d’Alsace-Lorraine » tournent rapidement court, les ennuis qu’elles causent à la famille semblent avoir eu un impact profond sur le devenir de ses membres.

De fait, à partir de novembre 1918 et de la défaite allemande, la famille Grunelius, solidement implantée en Alsace depuis le milieu du XIXe siècle, et dont la culture et les relations sociales étaient plus représentatives d’une forme de cosmopolitisme mondain que d’une quelconque allégeance nationale, se retrouve progressivement éclatée de part et d’autre du Rhin. Le tournant des années 1919 et 1920 voit ainsi les six enfants de Maurice et Emma Grunelius réagir aux bouleversements qui agitent l’Alsace en rompant avec la neutralité politique qu’avaient soigneusement cultivée leurs parents.

En l’absence d’archives familiales, il est difficile de connaître avec certitude les opinions des uns et des autres. Par chance, les déboires de la famille Grunelius avec l’administration française ont laissé dans les archives publiques deux sources propices à l’analyse : d’une part, le procès-verbal de comparution de Maurice Grunelius et de son beau-frère Adrien de Turckheim devant la commission d’examen des étrangers de Strasbourg3 ; d’autre part, l’épais dossier d’instruction du procès du « trio neutraliste », qui s’est tenu devant la cour d’assises du Bas-Rhin au printemps 1920, au sein duquel se trouve, parmi les interrogatoires et les quelques pièces à conviction mentionnant le nom de Grunelius, le récit que fait Alexandre Grunelius, le fils aîné, de son cheminement politique depuis novembre 19184. Sans offrir de réponse définitive, ces sources permettent d’esquisser le portrait de cette famille, remarquable par bien des aspects, à l’heure du « retour à la France ».

I – Une famille allemande établie de longue date en Alsace

Issu d’une des plus importantes familles de banquiers de Francfort-sur-le-Main5, Charles Alexandre Grunelius s’établit à Mulhouse, où il épouse en 1861 Marie Koechlin, petite-fille de l’industriel Nicolas Koechlin6. Cette dernière donne naissance deux ans plus tard à leur fils Maurice qui, après des études d’ingénieur en Suisse, se marie en 1887 avec Emma de Turckheim, fille d’Edouard de Turckheim et d’Amélie de Dietrich ; le frère d’Emma, Adrien de Turckheim, dirigeant de la filiale de Dietrich à Lunéville, épouse quelques années plus tard la sœur de Maurice7. Cette double alliance fait entrer les Grunelius dans la parenté et le capital des Turckheim-Dietrich, deux lignées industrielles parmi les plus anciennes d’Alsace, et confirme leur ancrage dans la région, où ils ont fait l’acquisition, en 1874, du domaine de Kolbsheim8. Devenu l’un des plus gros actionnaires de la société de Dietrich grâce à l’héritage de sa femme, Maurice Grunelius est nommé en 1905 co-gérant des usines de Dietrich à Niederbronn. Il est anobli par Guillaume II en 1908.

Proche parent et associé des familles de Dietrich et Turckheim, ouvertement francophiles – Eugène de Dietrich est député protestataire au Reichstag en 1884 – Maurice Grunelius tient néanmoins à conserver ses relations familiales et amicales en Allemagne. Alors que les mariages entre Allemands et Alsaciens d’origine française demeurent rares au sein des élites alsaciennes9, les époux Grunelius enseignent l’allemand et le français, qu’ils parlent tous deux à la perfection, à leurs six enfants et s’abonnent au très sérieux quotidien parisien Le Temps. Leur statut social élevé leur permet de fréquenter les cercles relativement cloisonnés des élites alsaciennes et allemandes. Peu porté sur la politique et préférant se consacrer aux arts et à la philosophie, Maurice Grunelius entend avant tout se maintenir « bien des deux côtés »10, en dépit de l’exacerbation des passions nationalistes précédant l’entrée en guerre.

Arbre généalogique de la branche alsacienne des Grunelius

Avec le déclenchement du conflit, la famille se voit néanmoins déchirée par des allégeances contradictoires : alors que de l’autre côté de la frontière, la belle-famille de Turckheim s’engage massivement dans les rangs français, le fils aîné de Maurice Grunelius, Alexandre, est mobilisé comme officier interprète dans l’armée allemande, aux côtés de son beau-frère Friedrich von Flotow, un officier de carrière prussien qui a épousé en 1911 Marie-Amélie Grunelius. Tandis que les travaux de fortification ordonnés par l’administration militaire ravagent les jardins de Kolbsheim, Maurice Grunelius, devenu après la mort d’Eugène de Dietrich, le 28 janvier 1918, l’unique gérant de la firme de Dietrich, est contraint à un délicat numéro d’équilibriste, au cours duquel il s’efforce de préserver les intérêts des sociétaires français, mis sous séquestre, face à l’administrateur-séquestre nommé par le Ministère d’Alsace-Lorraine11.

La famille Grunelius n’est cependant pas inquiétée outre mesure par la guerre et c’est dans un premier temps sans encombre qu’elle traverse les bouleversements qui suivent l’armistice du 11 novembre 1918 et l’arrivée des Français en Alsace, puisque Maurice Grunelius est épargné par la vague d’expulsions de l’hiver 1918-1919 et maintenu à la tête des usines de Dietrich. Cette indulgence des nouvelles autorités ne laisse pas d’étonner quand, au même moment, les chefs d’entreprise allemands sont expulsés d’Alsace les uns après les autres : Maurice Grunelius a-t-il été protégé par ses liens étroits avec les influents et très francophiles Turckheim-Dietrich ou bien l’administration française a-t-elle souhaité le maintenir comme gérant le temps que les de Dietrich, mis à l’écart par l’administrateur-séquestre après la mort d’Eugène, reprennent en main leur entreprise, qui fait alors face au premier conflit social de son histoire12 ?

Le 8 mai 1919, les ouvriers des usines de Dietrich entrent en effet en grève suite au refus de la direction d’augmenter leurs salaires durement touchés par l’inflation. Le conflit s’éternise et la police française craint qu’il ne dégénère, alors que les grèves se multiplient en Alsace. Maurice Grunelius ne semble pas jouer un grand rôle dans la résolution de la crise et, sans que l’on connaisse ses motivations, présente sa démission le 12 juillet lors de l’assemblée générale des actionnaires de Dietrich, quatre jours à peine après la fin de la grève13.

II – Août 1919 : le petit-fils de Karl Marx à Kolbsheim

Les Grunelius auraient donc pu espérer traverser paisiblement le « retour à la France », d’autant que les dispositions du traité de Versailles, signé le 28 juin, leur facilitent l’obtention de la nationalité française14. C’était sans compter sur les deux cadets de la famille, qui entreprennent d’inviter le député socialiste Jean Longuet dans la demeure familiale de Kolbsheim au cours de l’été 1919.

Alors âgés de 22 et 18 ans, Hélène et André Grunelius, les plus jeunes des six enfants de Maurice et Emma, se sont inscrits en mai 1919 à l’Université de Strasbourg, Hélène en médecine et André en droit15. Convaincus par les idées socialistes, ce qui n’est pas sans inquiéter leurs parents, ils fréquentent les réunions d’étudiants socialistes16, au cours desquelles ils rencontrent Théo Singer, un étudiant en médecine originaire de Wolfisheim, par ailleurs journaliste et militant. En août 1919, Singer est chargé de faire visiter l’Alsace à une délégation socialiste parisienne menée par le député Jean Longuet, un des chefs de file du parti, accessoirement petit-fils de Karl Marx17. Approché par Hélène, Singer convainc Maurice Grunelius de recevoir Longuet, qui visite la propriété familiale de Kolbsheim dans l’après-midi du 19 août. La visite dure deux heures, au grand désarroi de Grunelius, qui n’attend que de pouvoir mettre ses invités à la porte pour retourner à ses rêveries philosophiques18.

Jean Longuet en 1926, portrait photographique par l’agence Rol (Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, EI-13 (1382)).

Grande voix de l’opposition socialiste au traité de Versailles19, Jean Longuet est tenu sous surveillance au cours de son séjour en Alsace : quelques jours après sa visite, la police fait irruption à Kolbsheim. Les biens de la famille Grunelius sont mis sous séquestre et, le 6 septembre 1919, Maurice Grunelius est convoqué devant la commission spéciale d’examen des étrangers de Strasbourg, où il doit répondre des accusations de « propagande anti-française », passibles d’expulsion. La commission l’interroge sur ses relations familiales en Allemagne, notamment sur sa parenté avec des officiers allemands, avant de revenir sur les grèves des usines Dietrich et sur la visite de Longuet à Kolbsheim, dans l’espoir de déceler un lien entre les deux événements : soupçonné d’être acquis à la cause de l’Allemagne, Grunelius n’aurait-il pas cherché l’appui du député socialiste aux sympathies allemandes bien connues pour propager l’agitation sociale en Alsace, après l’échec des grèves des usines Dietrich, et miner la position française ?

Ce sont les liens familiaux de Maurice Grunelius avec la famille de Turckheim qui, de toute évidence, lui évitent l’expulsion : l’industriel français Adrien de Turckheim vient devant la commission jurer « sur son honneur d’officier français » que son beau-frère n’est rien de plus qu’un « tolstoïste idéaliste » absolument inoffensif au point de vue politique, qui s’est fait manipuler par sa fille Hélène20. Le mariage de Grunelius avec Emma de Turckheim constitue en soi une protection puisque, depuis le traité de Versailles, l’administration n’expulse plus qu’avec réticence les conjoints allemands d’Alsaciennes réintégrées d’office dans la nationalité française. A l’issue de la séance, le séquestre est donc levé et Grunelius autorisé à rester en Alsace avec sa famille, mais à peine un mois plus tard, son nom se retrouve mêlé à l’affaire neutraliste qui agite, l’espace de quelques semaines, la France entière.

III – Octobre 1919 : le « complot neutraliste »

A la fin de l’année 1918, Charles Rapp, personnage trouble inculpé avant-guerre pour escroquerie financière, s’associe avec René Ley et Henri Muth pour former le « comité exécutif de la République d’Alsace-Lorraine », qui multiplie les appels pour que les négociations de paix aboutissent à la reconnaissance d’une « République neutre d’Alsace-Lorraine ». Financées dans un premier temps par l’Allemagne, les activités du trio neutraliste, installé à Baden-Baden, sont mises en sommeil après le traité de Versailles, avant de reprendre à la fin de l’été 1919, alors qu’approchent les élections législatives et municipales prévues pour la fin de l’année21.

Travaillant à démanteler le réseau neutraliste en Alsace, la police française parvient à prendre sur le fait un nommé Becker, qui traversait la frontière avec une valise à double fonds remplie de tracts signés par le trio badois22. Devenu indicateur pour le compte de la police, Becker révèle que doit se tenir le 15 octobre une réunion au cours de laquelle des tracts neutralistes convoyés illégalement depuis Baden-Baden seront remis aux complices strasbourgeois du « comité exécutif ». Le 19 octobre, la police arrête ainsi rue Grandidier, à Strasbourg, quatre personnes surprises en train de se partager un stock de 2.000 tracts ; Walter Koessler, un architecte considéré comme la cheville ouvrière du mouvement neutraliste à Strasbourg, est lui aussi arrêté.

Au cours de la perquisition du domicile de Koessler, la police saisit deux télégrammes qu’Hélène Grunelius a adressés les 11 et 12 septembre à Ulrich von Rappolstein, identité utilisée par Koessler pour couvrir ses activités en Allemagne23. Laconiques, les deux télégrammes se bornent à convier Koessler, alors à Karlsruhe, à venir passer quelques jours à Kniebis, où séjourne Hélène ; ils ne prouvent rien de plus que l’existence de relations chaleureuses entre Hélène Grunelius et Koessler, employé comme architecte à Kolbsheim après sa démobilisation, et qui semble avoir fréquenté régulièrement les enfants Grunelius. Cette proximité paraît cependant d’autant plus suspecte à la police que la femme de Koessler était en villégiature à Kolbsheim au moment où Jean Longuet visitait la propriété en août. Interrogé, l’indicateur Becker affirme que Charles Rapp est en relations suivies avec le frère aîné d’Hélène, Alexandre Grunelius, qui a poursuivi une carrière diplomatique en Allemagne après sa démobilisation. Aux dires de Becker, Alexandre Grunelius enverrait régulièrement de l’argent aux neutralistes.

L’un des télégrammes saisis chez Walter Koessler (AD 67, 112 AL 283).

Il n’en faut pas plus pour que la police française soupçonne la Wilhelmstrasse de tirer les ficelles du complot neutraliste. Retrouvé sur les télégrammes saisis chez Koessler, mentionné par Becker, le nom de Grunelius est le seul élément probant permettant de relier, quoique de façon très ténue, la propagande neutraliste à l’Allemagne. Éclairant d’un jour nouveau la visite de Jean Longuet à Kolbsheim, il fait resurgir le spectre d’une alliance entre l’Allemagne et les « bolcheviques » français, qui ne cesse de hanter les autorités françaises dans les premières années de l’entre-deux-guerres.

Chef de la Sûreté à Strasbourg, le commissaire Mallet, proche de l’Action française, semble comprendre le profit politique qu’il peut tirer de l’affaire à l’approche des élections : il tient avec les arrestations de Strasbourg le moyen de compromettre Longuet, véritable bête noire des organes de presse de la droite française. Le 21 octobre, sur un tuyau de Mallet, Le Petit Parisien publie un récit du coup de filet de la rue Grandidier, qu’il conclut avec la « révélation » de la complicité de Longuet : d’après l’auteur, demeuré anonyme, ce serait une véritable conspiration qui se serait tenue en août à Kolbsheim, entre Longuet, Koessler et Alexandre Grunelius – dont Mallet ne pouvait ignorer l’absence en Alsace à ce moment-là24.

Longuet réplique dès le lendemain dans son journal Le Populaire : il y fustige la « manœuvre électorale et policière » de Mallet, qui a transformé l’innocente « garden-party » de Kolbsheim en un « complot aussi ridicule qu’odieux »25. De façon révélatrice, il insiste sur la francophilie des époux Grunelius afin de les disculper, alors que leurs détracteurs tenteront à l’inverse de prouver qu’ils sont toujours restés fidèles à leur patrie allemande d’origine.

La passe d’armes entre Longuet et ses adversaires de l’Action française est le début d’une campagne contre les Grunelius et les neutralistes alsaciens qui agite la presse nationale pendant plusieurs jours ; certains journaux annoncent l’expulsion imminente de Maurice Grunelius et de sa famille26. L’affaire fait du bruit jusqu’en Allemagne, au point qu’Alexandre Grunelius est rappelé de La Haye, où il est attaché d’ambassade, pour s’expliquer devant ses supérieurs à Berlin : le gouvernement allemand, qui a un temps financé les agissements du trio neutraliste, n’entend visiblement pas être mêlé à l’affaire Koessler.

L’agitation se calme progressivement, jusqu’au procès des conjurés de Strasbourg devant la cour d’assises du Bas-Rhin, en mai 1920, à l’issue duquel le trio de Baden-Baden est condamné par contumace. Le complot neutraliste est quasiment oublié quand René Ley se rend à la police française en 1923. Le nom des Grunelius n’est jamais prononcé pendant le procès, soit que les preuves aient été jugées insuffisantes, soit que leurs puissantes relations familiales aient de nouveau joué. Maurice Grunelius meurt le 28 septembre 1920 à Strasbourg27.

IV – Épilogue : les enfants Grunelius

Le « complot neutraliste » de Strasbourg a en définitive plus inquiété la police française qu’il n’a exercé de véritable influence sur la population alsacienne. L’affaire se montre ainsi révélatrice des craintes, pour partie fantasmées, qui agitent les autorités françaises occupées à reprendre en main l’Alsace : dans les pièces à conviction du procès de mai 1920 se retrouvent des affirmations selon lesquelles Rapp aurait planifié la grève générale en Alsace et en Lorraine avec les fonds allemands ; le secrétaire de la Fédération bas-rhinoise de métallurgie, Charles Hueber, celui-là même qui avait été le porte-parole des ouvriers de Dietrich en grève, aurait soutenu la cause neutraliste. Cette crainte de la main invisible et omniprésente de l’Allemagne constitue une grille de lecture commode pour les autorités françaises, car elle donne du sens aux contestations sociales et politiques alors rencontrées en Alsace.

Qu’en est-il des Grunelius ? Ont-ils été victimes d’une suite de coïncidences malheureuses ou étaient-ils réellement impliqués dans la propagande neutraliste ? Les preuves de l’accusation paraissent bien minces : le télégramme d’Hélène à Koessler, la mise en cause d’Alexandre par l’indicateur Becker et enfin l’aveu de Koessler qui, après avoir longtemps nié connaître Alexandre Grunelius, admettra après plusieurs interrogatoires lui avoir envoyé un télégramme dans lequel il l’informait de sa venue à Düsseldorf. Ces deux derniers témoignages ne peuvent néanmoins être considérés comme entièrement fiables : en garde à vue, soumis à la pression de la police et du juge d’instruction, Koessler et Becker se contredisent au fur et à mesure des interrogatoires. A l’inverse, Maurice Grunelius, son fils Alexandre et Jean Longuet avaient tous trois intérêt à exagérer leur méconnaissance de l’affaire auprès des autorités. Quant à Hélène Grunelius, l’une des principales concernées, elle n’est jamais interrogée.

Qu’ils aient ou non joué de malchance, les Grunelius sortent divisés des suites de l’armistice. Si Maurice Grunelius était probablement le doux rêveur, uniquement préoccupé d’art et de culture, que se plaisent à décrire ses proches, il ne fait guère de doute que ses enfants, adultes en 1918, adoptent des positions politiques bien plus tranchées.

C’est d’abord Hélène qui « se convertit au socialisme »28 et provoque la rencontre entre son père et l’un des membres les plus éminents de la SFIO. Plusieurs socialistes alsaciens se sont montrés sensibles aux idées neutralistes qui, en voulant faire de l’Alsace un glacis neutre entre les deux nations rivales, semblaient répondre à leur souhait d’une Europe pacifiée où serait respecté le « droit des peuples à disposer d’eux-mêmes ». Chez d’autres, c’est le sentiment patriotique envers l’Allemagne qui a motivé l’intérêt pour le neutralisme. Les convictions, politiques ou patriotes, d’Hélène ont ainsi pu l’amener à sympathiser avec les idées de son ami Koessler, voire à lui porter assistance, par l’entremise de ses fréquents voyages entre Alsace, Suisse et Allemagne. Quel qu’ait été son rôle, Hélène – mécontente de la tournure prise par les événements ? – s’éloigne progressivement de l’Alsace : elle quitte au mois d’août 1919 l’Université de Strasbourg pour poursuivre ses études de médecine en Suisse. La suite de sa carrière – elle adhère au mouvement anthroposophe de Rudolf Steiner et s’y distingue par son travail sur la jeunesse – se déroulera en Allemagne et en Suisse, où la rejoindront son frère André et sa sœur Élisabeth.

Quant à l’aîné de la fratrie, Alexandre Grunelius, mobilisé dans l’armée allemande, il ne retourne pas en Alsace après novembre 1918 et se définit comme un « patriote allemand qui souffre cruellement de l’humiliation de son pays »29. Pacifiste et démocrate convaincu, il s’engage dans une carrière diplomatique sous le haut patronage des principes énoncés par Wilson et espère travailler à « un renouvellement des méthodes diplomatiques et [à] l’avènement d’une ère de justice qui permettra de régler pacifiquement […] les conflits internationaux ». Ses convictions l’amènent à considérer l’Alsace comme « un problème auquel il lui est interdit de toucher » et à laisser aux Alsaciens le soin de « fixer eux-mêmes leur destinée ». La mort de son père en septembre 1920 le contraint néanmoins à abandonner sa carrière en Allemagne : devenu l’héritier de l’immense fortune familiale, il rentre en Alsace et se lance dans la restauration des jardins de Kolbsheim dévastés par les travaux de fortification de 1914. En mars 1922, il est l’un des six associés responsables figurant dans les nouveaux statuts de la société de Dietrich30 ; quatre ans plus tard, il se marie avec Antoinette Schlumberger, poursuivant la tradition familiale d’alliances avec l’élite industrielle alsacienne. En 1927, les deux époux font à Paris la rencontre de Jacques et Raïssa Maritain et l’amitié bientôt célèbre entre les deux couples éclipsera les déboires que la famille Grunelius a connus après 1918. Alexandre Grunelius semble ainsi avoir, en compagnie de sa femme, poursuivi le rêve intellectuel et cosmopolite nourri par son père et qui avait tourné court après novembre 191831.

  1. Ces procès-verbaux sont conservés sous les cotes 121 AL 912-913. Sur la question des expulsions et du triage de la population alsacienne après 1918, se référer à l’ouvrage toujours d’actualité de François Uberfill, La société strasbourgeoise entre France et Allemagne (1871-1924), la société strasbourgeoise à travers les mariages entre allemands et alsaciens à l’époque du Reichsland. Le sort des couples mixtes après 1918, Société savante d’Alsace, 2001, mais aussi aux récents développements de l’historiographie anglo-saxonne, en particulier : MONAGHAN, Shannon, Protecting democracy from dissent : population engineering in Western Europe, 1918-1926, Londres : Routledge, 2017, 231 p. et CARROL, Alison, The Return of Alsace to France, 1918-1939, Oxford : Oxford University Press, 2018, p. 57-65. []
  2. Tous les prénoms ont été francisés. []
  3. Procès-verbaux de comparution de Maurice Grunelius et Adrien de Turckheim devant la commission d’examen des étrangers de Strasbourg, 6 septembre 1919 (AD67, 121 AL 912). []
  4. Déposition informelle d’Alexandre Grunelius à l’occasion de l’affaire Koessler, envoyée de Berlin le 29 octobre 1919 par une administration française inconnue. Cette déposition, de même que le dossier d’instruction du procès des neutralistes Rapp, Muth, Ley et complices, est conservée aux Archives départementales du Bas-Rhin sous la cote 112 AL 283. []
  5. Pour plus de précisions sur la branche allemande de la famille Grunelius, on se reportera aux articles du Frankfurter Personenlexikon, consultable en ligne (https://frankfurter-personenlexikon.de/node/2674). []
  6. Acte de mariage du 8 juillet 1861, consultable en ligne sur le site des Archives départementales du Haut-Rhin (http://www.archives.haut-rhin.fr/search/result#viewer_watch:a011455803149aSj9w2/0ecb8a6c8e). []
  7. Les deux actes de mariage, respectivement datés du 14 avril 1887 à Niederbronn-les-Bains et du 9 juillet 1892 à Kolbsheim, sont conservés aux Archives départementales du Bas-Rhin sous les cotes 4 E 324/39 et 4 E 246/4 et consultables en ligne (http://archives.bas-rhin.fr). []
  8. Les archives, essentiellement anciennes, du château de Kolbsheim sont conservées aux Archives départementales du Bas-Rhin sous la cote 168 J. On n’a pas retrouvé la trace de l’acte d’acquisition du château par Charles Alexandre Grunelius. []
  9. Voir UBERFILL, op.cit., p. 116-119 et 164-166. []
  10. Procès-verbal de comparution de Maurice Grunelius devant la commission d’examen des étrangers de Strasbourg, 6 septembre 1919 (AD67, 121 AL 912). []
  11. HAU, Michel, La maison De Dietrich de 1684 à nos jours, Strasbourg : Oberlin, 1998, p.150-151. []
  12. L’expulsion de Charles Adler et Jules Oppenheimer, gérants allemands des tanneries de Lingolsheim, est ainsi reportée jusqu’en mars 1920 afin d’éviter la fermeture des usines et le mécontentement social (rapport de Gabriel Alapetite au Garde des Sceaux, 26 avril 1922, AD 67, 144 AL 140). []
  13. HAU, Michel, op.cit., p.151-152 et 154-155. []
  14. En tant qu’Allemand domicilié en Alsace avant 1870, par ailleurs conjoint d’une femme ayant perdu la nationalité française avec l’Annexion, Maurice Grunelius peut, avec ses enfants, réclamer la nationalité française suivant les dispositions du paragraphe 2 de l’annexe à la section V, partie III, du traité de Versailles. []
  15. Matricules générales de l’Université de Strasbourg, 1911-1919, AD67, 103 AL 5. []
  16. D’après Jean Longuet, Hélène et André sont membres du Groupe des étudiants socialistes de Strasbourg (Le Populaire, 22 septembre 1919). []
  17. STRAUSS, Léon, notice Singer, Théodore, dit Théo, du Maitron en ligne, mise en ligne le 23 mai 2014 (http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article158871). []
  18. Selon les dires de Maurice Grunelius lors de sa comparution devant la commission d’examen des étrangers. []
  19. Le 18 septembre 1919, Longuet prononce devant la Chambre un long discours contre la ratification du traité de Versailles, qui marque, selon son biographe Gilles Candar, « le grand moment de sa carrière parlementaire » (CANDAR, Gilles, Jean Longuet, un internationaliste à l’épreuve de l’histoire, Presses universitaires de Rennes, 2007, p. 182). []
  20. Procès-verbal de comparution d’Adrien de Turckheim devant la commission d’examen des étrangers de Strasbourg, 6 septembre 1919 (AD67, 121 AL 912). []
  21. Sur la propagande neutraliste, on consultera BAECHLER, Christian, « La question de la neutralité de l’Alsace-Lorraine à la fin de la Première Guerre mondiale et pendant le Congrès de paix (1917-1920) », Revue d’Alsace, n°114, 1988, p. 185-208. []
  22. La suite est tirée du dossier d’instruction du procès de Rapp, Muth et Ley devant la cour d’assises de Strasbourg (AD67, 112 AL 283). []
  23. Les deux télégrammes sont conservés dans le dossier du procès (AD67, 112 AL 283). []
  24. « Propagande suspecte en Alsace-Lorraine », Le Petit Parisien, 21 octobre 1919. []
  25. Jean Longuet, « Une manœuvre électorale et policière », Le Populaire, 22 octobre 1919. []
  26. « Le complot contre la France en Alsace-Lorraine », La Croix, 24 octobre 1919. []
  27. Son acte de décès, conservé sous la cote 4 E 482/828, est consultable en ligne sur le site des Archives départementales du Bas-Rhin (http://archives.bas-rhin.fr). []
  28. Selon les termes de Jean Longuet, « Une manœuvre électorale et politique », art.cit. []
  29. Cette citation, ainsi que les suivantes, provient de la déposition informelle d’Alexandre Grunelius à l’occasion de l’affaire Koessler, envoyée de Berlin le 29 octobre 1919 par une administration française inconnue (AD67, 112 AL 283). []
  30. Registre du commerce de Strasbourg, reproduit dans le Journal officiel de la République française, édition lois et décrets du 3 mai 1922. []
  31. Sur cette rencontre, voir GRUNELIUS, Antoinette, « Jacques Maritain et Kolbsheim », Cahiers Jacques Maritain, n°4-5, novembre 1981, p. 88-100. La correspondance de Jacques et Raïssa Maritain avec les époux Grunelius est conservée à la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg avec l’ensemble de la correspondance du philosophe. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.