L’Herbier du Dr Charles Benjamin Schmidt, 1909-1918

Herbier du Dr Schmidt (100 Num 1).

De l’intérêt scientifique de l’herbier

Par Marie-Ange Duvignacq (Archives départementales du Bas-Rhin)

La constitution d’herbiers n’est pas rare dans les familles au XIXe siècle et au début du XXe siècle, mais tous n’ont pas l’intérêt scientifique de l’herbier horticole constitué par Charles Benjamin Schmidt (1840-1932), médecin puis percepteur à Barr, et conservé aux Archives départementales sous la cote 100 J 6851.

En 2015 a été lancé un programme d’inventaire des herbiers par l’université de Strasbourg et le conservatoire botanique d’Alsace, en partenariat avec la société botanique d’Alsace et l’association Tela Botanica. Il faut savoir que depuis le XVIIe siècle, la région a fait l’objet de multiples études et excursions naturalistes et qu’avec le temps, nombre de ces collections ont été disséminées entre des services d’archives, des bibliothèques, des institutions spécialisées et dans des collections privées. L’enquête a pour but de retrouver ces herbiers inédits et de documenter la biodiversité floristique régionale.

M. Michel Hoff, directeur de l’Herbier de l’université de Strasbourg2, a bien voulu attirer notre attention sur l’herbier du docteur Schmidt qui selon lui, mérite d’entrer dans le recensement des herbiers d’Alsace.

Cet herbier particulièrement fragile, contient sur 90 feuillets d’environ 5 x 10 cm, une collection de saxifrages3 cueillis en Alsace vers 1909-1918. Sur chaque planche sont portés un numéro d’ordre, les noms du groupe, du genre et de l’espèce représentés, son origine géographique et horticole, la date de plantation (sans doute dans le jardin de C. Schmidt) et la date de collecte du spécimen. L’herbier contient principalement des feuilles. M. Hoff suppose sur la base de cet herbier, qu’une centaine de saxifrages d’origines diverses pouvaient être plantées en Alsace. Les saxifrages sont aussi des plantes de collection et on peut imaginer que C. Schmidt échangeait des graines avec d’autres collectionneurs.

Sur le collectionneur Charles Schmidt

La famille Schmidt originaire de Barr et sa région, est bien documentée aux Archives départementales grâce à trois fonds d’archives particulièrement riches, entrés en 1995-1996 puis 2007, et cotés dans les sous-séries 162 J, 163 J et 194 J. Ils reflètent fidèlement l’histoire de plusieurs membres de la famille Schmidt mais également de familles alliées, les Weltz, Brickmann, Hecker, Degermann et Kornmann. Ces fonds renferment d’abondantes correspondances privées, des papiers sur les études, les activités professionnelles et la vie quotidienne de ces notables. Des photographies viennent encore enrichir ces fonds.

Le parcours de vie de Charles Benjamin Schmidt (1840-1932) est loin d’être banal et ressort de plusieurs documents conservés essentiellement sous les cotes 163 J 43-49 et 194 J 1-3. Notre personnage est né à Barr, le 11 janvier 1840. Il est le fils de Jean-Georges Schmidt, négociant en bois, et de Dorothée Ostermann. Après des études au gymnase protestant de Strasbourg, puis à la faculté de médecine à partir de 18584, Charles Schmidt entame une carrière de médecin à Schirmeck (1867), Barr (1867-1868) et Niederbronn-les-Bains (1868-1871). Ses services pendant la guerre de 1870 lui valent la croix de bronze de la Société française de secours aux blessés et malades des armées de terre et de mer, le 2 juillet 18715. Malheureusement des problèmes de santé6 lui interdisent de poursuivre sa carrière de médecin : il devient… percepteur à Gerstheim (1871-1872), puis Rhinau (1872-1874) avant d’être nommé à Barr où il achèvera sa carrière en 1911. Il décède le 11 juin 1932.

Marié, le 5 mai 1870, à Frédérique Weltz, originaire de Gerstheim, ils élèveront six enfants et fêteront encore leurs noces de diamant en 1930. Pour l’anecdote, les Archives départementales conservent une mèche de cheveux de son épouse7, la liste des cadeaux reçus lors de leur mariage8, et une collection des carnets de dépenses du ménage et autres comptes de 1868 à 19229.

Parmi les papiers illustrant les activités médicales du personnage, on relèvera : une liste de ses instruments de chirurgie, achetés entre 1858 et 186910, un très intéressant journal de ses patients, visités entre 1867 et 1871, détaillant entre autres les noms, métiers et lieux de vie des malades ainsi que le ou les diagnostics rendus par le médecin11.

Si C. Schmidt ne put poursuivre son activité médicale, il semble avoir compensé cet « échec » professionnel par de nombreuses et diverses investigations scientifiques12 : les Archives conservent entre autres deux carnets dits de microscopie contenant l’analyse et le dessin de prélèvements de cellules humaines, animales et végétales, un carnet contenant une liste d’arbres et d’arbustes en Alsace, décrits en allemand et en latin, un autre carnet sur les « Saxifraga »13. Il semble avoir également mené des recherches sur les monnaies anciennes comme l’attestent ces notes et dessins regroupés dans un dossier intitulé « Thaler Waehrung »14.

Du reconditionnement et de la restauration de l’herbier

Par Solveig Pizzagalli (Archives départementales du Bas-Rhin)

Les herbiers sont très fragiles et le risque majeur pour leur bonne conservation provient des manipulations. L’état matériel de ce petit carnet nécessitait une restauration.

L’herbier se compose d’un ensemble de feuillets volants, non reliés par un fil de couture, et protégé par une couvrure en carton rigide. Les plantes (une ou plusieurs) sont fixées sur le recto des pages, principalement par des bandes de papier, mais les fragments trop larges peuvent être collés directement.

La difficulté de manipulation et la fragilité des fixations des plantes ont entraîné de nombreuses cassures. Le papier lui-même est de mauvaise qualité (papier à pâte de bois).

L’objectif de la restauration était donc de limiter le plus possible les interventions : il s’agissait surtout de préserver l’existant, de le nettoyer et de le consolider, sans le transformer.

Nous avons donc réalisé un dépoussiérage délicat et minutieux, page par page, à l‘aide d’une brosse à poils très doux ; collecté les fragments dissociés ; refixé les plantes et les anciennes fixations partiellement décollées avec de la colle d’amidon ; conservé les fragments non identifiés et impossibles à remettre en place, dans des pochettes de polyester de qualité conservation (qui ont l’avantage d’être transparentes), fixées à l’aide d’une bande de papier japonais et de colle d’amidon. Les pochettes ont été placées sur le verso des pages, là où les fragments ont été récoltés, à un endroit où elles ne risquaient pas de toucher les spécimens  en regard.

L’ensemble a été conditionné dans une boîte, adaptée au format du carnet, à plat, sur un support en mousse de polyéthylène avec des cales en carton pour limiter les mouvements.

L’herbier n’est plus communicable sous forme originale mais la restauration a permis de le numériser en totalité pour une mise à disposition des chercheurs de la copie (100 Num 1).

  1. L’herbier original n’est plus consultable directement mais a fait l’objet d’une numérisation complète disponible sous la cote 100 Num 1. []
  2. Je remercie M. Hoff qui a bien voulu attirer notre attention en 2015, sur l’intérêt scientifique de l’herbier et qui en a rédigé un petit descriptif, utilisé dans l’article. []
  3. Les Saxifrages, passe-pierre ou perce-pierre, sont des plantes herbacées vivaces de la famille des Saxifragacées appartenant au genre « Saxifraga ». Ces plantes rupicoles sont connues pour leur capacité à s’installer dans des fissures de rochers. Le genre « Saxifraga » comprend environ 440 espèces de vivaces. []
  4. Il soutint une thèse en médecine en août 1866 sur « L’epithélium pulmonaire ». []
  5. 194 J 1. []
  6. Le détail n’apparaît pas de façon certaine dans les archives conservées. Un article nécrologique du « Journal de Barr », le 15 juin 1932, explique par des raisons médicales l’abandon du métier de médecin (194 J 1). Des notes de C. Schmidt sur sa santé contiennent des relevés réguliers de son rythme cardiaque dans les années 1880. Une maladie de cœur est peut-être à l’origine de son changement radical de profession. []
  7. 194 J 3. []
  8. 163 J 46. []
  9. 163 J 44-45. []
  10. 163 J 46. []
  11. 163 J 48. []
  12. Les divers documents sont conservés en 163 J 49 à l’exception de l’herbier, coté à part à la suite de sa restauration (100 J 685). []
  13. 181 entrées avec les noms et les descriptions en latin, ainsi que le lieu d’origine de la plante dans le monde. []
  14. 163 J 43. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.